Je vous en ressers un peu?

Prérequis: 28 personnes tuées dans un accident, c’est effroyable et dramatique pour chacune des familles, chaque cercle d’amis de ces personnes, qu’elles aient 10 ou 55 ans, qu’elles parlent le néerlandais, le français, le suédois ou le polonais. Et se projeter dans cette douleur est aisé pour chacune et chacun d’entre nous, qui connaissons toutes et tous un enfant de cet âge, un enseignant de cet âge.
Vous l’avez fait, je l’ai fait.

Ceci dit, l’information eut voulu que l’on traite dans les médias un terrible accident qui a fait 28 victimes et de nombreux blessés, accident dont on ignore absolument la probable cause, mais dont on connaît juste le terrible décompte de victimes. Condoléances aux familles et aux proches. C’eut été cela, l’information.

L’information, c’est depuis hier matin, non stop, en permanence, des émissions spéciales plus identiques les unes aux autres, avec en boucle les mêmes images vues 50 fois (le car explosé que l’on tracte vers un hangar, le car dans le hangar, des hélicoptères sur une route), des flashes de non information puisque l’on ne sait rien, des interventions d’experts qui n’ont pas non plus une bribe d’information et qui posent des hypothèses, des mesures à prendre, des analyses à faire, des voeux pieux, le tout dans des traitements divers et multiples en télévision, en radio, en presse dont le seul objectif non avoué est de maintenir l’audience à son apogée.
L’information, c’est dramatique larmes effroyable horrible encastré broyé emotion charge émotionnelle enfant belgique deuil dramatique larmes effroyable horrible encastré broyé emotion charge émotionnelle enfant belgique deuil dramatique larmes effroyable horrible encastré broyé emotion charge émotionnelle enfant belgique deuil dramatique larmes effroyable horrible encastré broyé emotion charge émotionnelle enfant belgique deuil dramatique larmes effroyable horrible encastré broyé emotion charge émotionnelle enfant belgique deuil, et bis repetita…
L’information, c’est le témoignage de quidams qui ne connaissent ni de près, ni de loin ces personnes et qui, la gorge serrée dans des trémolos de larmes, exposent sans pudeur leur douleur intense pour un drame qui ne les concerne pas.
Catharsis nationale.
Facebook envahi de condoléances.

L’information, c’est donc un flot vomitif de techniques diverses et variées pour arracher des larmes dans les chaumières, pour exposer l’image la plus indécente en prévenant qu’ils se sentent obligés, au nom de l’information, de montrer ces images très dures, très personnelles, très…non informatives. Parents en larmes, albums photos des enfants.
Mais d’un voyeurisme certain.

Je ne joue pas.
J’ai une pensée sincère pour toutes ces familles, je mesure leur douleur et je pense au car qui a emmené Princesse V en classes vertes, je suis heureux que tout se soit bien passé, et je l’ai embrassée bien fort.
Bien entendu.
Mais.

Mais mesdames messieurs les journalistes et les rédactrices/teurs en chef, ne pensez-vous pas en faire un peu trop dans vos trop grandes louches…?
22 enfants et 6 adultes, cela méritait effectivement un traitement de l’information.
Pas une course au voyeurisme sensationnel depuis 36 heures sans discontinuer, celle que vous avez si bien organisée, récupérée, diffusée, alimentée.
Presque aussi bien que les politiques.

En Afrique sub saharienne, 3000 enfants meurent chaque jour du paludisme.
Un enfant toutes les 30 secondes.

Dites-moi, n’ai jamais vu, entendu, lu une édition spéciale à ce sujet?
A-t-on pleuré une seconde sur son mur facebook pour cela?
A-t-on organisé une seconde de deuil national, de recueillement, de silence?

Que ces 28 personnes reposent en paix.
Et qu’on nous la foute aussi, la paix.

Xavier, trop is te veel

Publicités
par xlr2603

18 commentaires sur “Je vous en ressers un peu?

  1. Je ne sais pas pourquoi, mais j’étais persuadé que tu allais nous pondre un article sur le sujet et je t’avoue que ta réflexion sur cette terrible affaire, je me la suis faite ce matin…ce qui n’enlève rien à la peine et la tristesse que j’ai pu ressentir à l’égard de ces familles brisées…

  2. En effet, cela n’enlève rien, je te suis parfaitement. Mais on est dans l’indigestion informative(???) là…

  3. Bonjour,

    Vous devriez sauvegarder votre article car il va souvent vous être utile. En effet, à chaque évènement exceptionnel, en changeant une phrase ou deux, il fera l’affaire.
    Il aurait bien servi pour la fusillade à Liège, pour l’immeuble qui s’est écroulé (à nouveau à Liège), le tsunami au Japon etc… . Avant que l’enquête se fasse, et elle peut être longue, on va faire des suppositions. Recompter les morts. Voir les cercueils blancs sortirent de l’avion. N’est ce pas le rôle des médias d’en parler ? Forcément que des décès, en particulier lorsque ce sont des enfants, touchent particulièrement l’opinion public. C’est clair que il y a des infos qui ne servent à rien mais votre article non plus, il ne sert à rien. Il ne changera en rien la douleur des gens ni en Afrique, ni en Suisse, ni ailleurs.
    D’ailleurs, vous mélangez la politique avec un accident de la route. Car au fond, pourquoi les enfants d’Afrique décèdent ? Bref, vous êtes triste et compatissant pour les familles et leurs proches et puis… ben votre petite vie continue. Je suis mère de 3 filles. Et je me dis que demain, ce sera peut-être ma famille qui sera frappée par un tel drame(celui de perdre un enfant). J’aurai la pudeur de ne pas être médiatisée mais je peux comprendre que pour certains, s’exprimer, même aux médias, c’est une sorte de thérapie. Il faut que ça sorte même si ça n’apporte aucune info. Je regarde, j’écoute, j’ai peur et puis…ben ma petite vie continue aussi.

    Bonne journée

    Véro

    • Je crains effectivement qu’avec la course à l’audimat et à la dramatisation démultipliée à volonté, nous ne nous retrouvions avec d’autres indigestions du type de celle que nous subissons depuis 2 jours… Ca continue, « Belgique L’émotion » pour une chaîne, « Les Belges sous le choc » pour l’autre… mais surtout moult détails sur « la difficulté à identifier les corps broyés » (sic), les techniques de recherche d’empreinte dentaires ou l’adn, et les caméras postées à l’aérodrome pour filmer en primeur les retours de cercueils et de parents effondrés… Franchement, est-ce bien utile…??? Ou n’est-ce que du sensationnalisme et du voyeurisme, de l’émotion construite, forcée au-delà du sentiment d’horreur légitime? Que penser de la journaliste qui vous annonce « Regardez cette image chargée d’émotion où l’on voit les parents qui arrivent à l’entrée du tunnel » (re-sic)… Regardez bien, oui, regardez bien. N’en ratez pas une miette…
      Personnellement (et ce billet est personnel, lui aussi), c’est ça qui m’indispose.
      Bonne journée à vous aussi, Véro

      • Je n’étais pas au courant des dernières nouvelles. Les cercueils ont été rapatriés ? Mais enfin, où étiez vous durant toutes ces années ? :-)) Nous sommes dans l’ère info choc. Il y a à boire et à manger. Malheureusement, il me semble difficile de pouvoir trier les infos qui nous, vous semblent utiles. Dans quel journal ? Doit on lire une ligne sur 2 ? Mais les gens attendent et veulent cette information là. Des images qui choquent, qui troubles. C’est ce qui fait vendre. Vous verrez, des parents meurtris viendront témoigner aux débats du dimanche, ou accepteront les cameras à l’enterrement de leur enfant. Ames sensibles s’abstenir.
        En fait, je vous rejoins sur votre idée principale. Sans doute que je suis plus docile.

        Bonne fin de journée
        Véro

      • Je me sens moins seule et surtout moins « à part » , merci c’est exactement ce que je ressens….

        Je n’ai d’ailleurs plus regardé un seul journal télévisé depuis le 13 mars, overdose de cette indécence , de ce manque de pudeur des journalistes….

        Je n’en suis pas moins touchée pour la cause…..
        Mais on verse dans le sensationnalisme à tout prix, ça me donne la nausée cette façon d’exploiter la souffrance indiçible des familles…. pour moi ça va au delà de l’information, c’est carrément du voyeurisme malsain….

        Comme on dit « Panem et Circences »….et le peuple en redemande…..

  4. Souvenir personnel. Je suis à Agadès en novembre 2011. J’allume la radio. Dans les premiers sujets, les catastrophes locales ‘comme chez nous’, sauf que je suis au Niger, un des pays les plus pauvres au monde. Attentat au Nord, tempête de sable au Sud… Loin derrière ces faits : la fin (présumée) de la guerre en Afghanistan. Nous étions dans l’émotion de l’après 11 septembre. Les Nigériens n’en avaient rien à faire des drames européens. Tout comme nous ne ressentons (presque) rien face à la famine endémique en Afrique. On ne ressent pas car on n’a pas vécu ce drame. Le fameux ‘what’s in it for me’, si bien exploité par les médias du monde entier. Oui, l’émotion est un bien de consommation comme un autre… Qui n’a pas entendu « on vous sent très ému ».

  5. Formidable article, vraiment. J’avais un peu la même réflexion en tête ce matin et j’avais aussi envie d’écrire là dessus, mais vous l’avez fait mille fois mieux que je n’aurais pu.

    J’y ajouterais, ceci dit, les nombreux messages sur Twitter de vedettes ou pseudo-vedettes dont « toutes les pensées vont aux familles des victimes », « je pense très fort à vous » etc. Je trouve la même indécence dans ce dont vous parlez que dans cet empressement à se montrer le plus empathique, le plus compatissant, le plus…, le plus… Toujours plus…

    Tout comme il ne faut pas s’agglutiner autour d’un blessé pour le laisser respirer, laissons les familles et les proches gérer leur douleur dans la sérénité (Si je puis dire).

  6. Entièrement d’accord avec vous, je répète tout ceci presque mot pour mot depuis hier à mon entourage… en étant mal compris d’ailleurs.

  7. Le fond est très vrai, même si la fin du billet m’a un peu choquée.. Pour ma part je n’ai pas trouvé qu’il y ait eu du voyeurisme dans cette affaire, mais je dois dire que je suis les informations depuis l’étranger, et que je n’ai donc que TV5 Monde pour seul JT quotidien.. Je me demande bien ce qu’ils ont pu vous servir! Je pense aussi que la surinformation n’existe pas seulement pour des drames, on a aussi bouffé du « The Artist » à toutes les sauces, alors qu’au fond… Il n’y avait pas grand chose à dire!

  8. C’est drôle (je me comprends), en matière d’endeuillement, il y a comme une loi du chiffre que je ne parviens pas à comprendre. Comme si la capacité humaine de compassion diminuait fonction du nombre de morts. En dessous d’une cinquantaine, çà va encore, on arrive à s’identifier, au-delà en revanche… Le jour où nous parviendrons tous à piger qu’un être vivant = une vie = respect (notamment pudeur à son égard), il y aura du mieux sur terre. Une pensée pour tous les enfants qui souffrent. De la paix pour ceux partis trop tôt…

  9. Bravo pour votre article, tout à fait mais alors tout à fait d’accord avec vous,
    .

    Juste une petite remarque, il faut faire pleurer dans les chaumières ça fait vendre et la récupération politique, deuil national..

  10. La politique a besoin de voix. La tristesse a besoin de discrétion. L’émotion a besoin de s’exprimer. Le malheur a besoin de justification. La presse a besoin d’audimat. Mais ce dont tout le monde a besoin sans aucune exception, c’est de respirer dans un monde qui respecte les hommes, tous sans exception.

  11. Je vous trouve cynique et froid. Si je vous lis bien, lorsque vous vous faîtes mal, voire très mal, vous vous persuadez avec force que ça ne fait pas mal et vous enfouissez votre douleur jusqu’à la réprimer…Une blessure, ça met du temps à guérir et selon sa gravité, il faut de l’aide, des soins et du temps pour la voir disparaître. Et ici, des gens ont été blessés par ce qu’ils ont vu et aussi parce que n’importe qui peut se transposer dans une telle douleur. Et l’association se fait naturellement avec les victimes, c’est humain. Il faut communier et exprimer afin d’évacuer et de mieux comprendre les choses. Et pour ça, les médias relaient les élans de sympathie et de compassion, et, je trouve, que pour une telle catastrophe (ne pensez pas que je dramatise, c’est une catastrophe), ils le font encore pudiquement. En tout cas, pour nos médias belges…Vous êtes dans une époque où l’information est partout, tout le temps. Vous vous en servez d’ailleurs en postant vos commentaires mais paradoxalement, vous rejetez l’idée de continuer à en débattre. Hors, vous même, ne faites que répéter ce qui a déjà été entendu et vu. Si vous vouliez vraiment ne plus en entendre parler, le mieux était peut-être de ne rien en dire. Étonnant d’ailleurs que vous n’ayez pas inséré la photo du car (cfr « Tout ça pour… »)
    Ce que vous dites est trop simpliste et réducteur. C’est mon avis et il n’engage que moi.

  12. Je pense que vous ne lisez pas bien. Je ne minimise ni la catastrophe, ni la douleur. Mais. Je ne pense pas que les media relaient, je pense que les media organisent un barnum impudique, indigeste, vulgaire de non information ou d’informations plus sordides/sensationnelles les unes que les autres. Et si je lis bien un papa sur place dans cet article du jour que je vous recommande (http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/726956/outre-par-l-attitude-des-medias-jan-photographie-les-photographes.html), je pense que cette personne aux premières loges de ce drame et bien plus concerné que vous ou moi, pense la même chose… Il y a informer et se repaître. Et une semaine non stop d’éditions et d’émissions plus « spéciales » les unes que les autres, avec pour seul but non plus l’information (elle a été faite la première heure) mais juste du sensationnalisme (ça se sont les 6 jours qui ont suivi), ça n’est pas ce que j’appelle « pudiquement »… Nous avons donc, vous et moi, d’autres définitions du mot « pudeur », qui est exactement ce qui a manqué dans ce cirque médiatique.
    Votre avis n’engage que vous, le mien fait de même.

  13. Pour ne pas jouer à celui qui a le dernier mot, puisque c’est ce que vous semblez apprécier, je vous conseille dès lors d’éteindre votre télé, votre radio, ne plus aller sur internet et de ne pas écouter ce qui se dit sur ce qui se passe si c’est pour vous en plaindre. Je lis bien et beaucoup et j’arrive, avec un minimum de bon sens, à enregistrer ce qui doit l’être et rejeter ce qui est nocif, et ça me préserve d’une certaine paranoïa anti-médiatique…Si vous ne vous en tenez qu’à la première heure d’une information, qu’elle soit consacrée à une catastrophe ou un événement politique par exemple, alors je comprends votre réflexion. Ne voyez pas dans mes commentaires une quelconque arrogance ou agressivité, c’est juste que sur ce sujet, j’ai trouvé au contraire que la couverture médiatique a été très respectueuse pour ne pas réemployer le mot pudique.

  14. Ce vendredi, mes 2 filles âgées de 5 et 6 ans et demi sont rentrées de l’école et m’ont dit : « On a fait La Minute de Silence et on puis, on a fait un dessin et on a écrit un mot pour les parents dont les enfants sont morts « . Quand je pense que mon mari et moi-même préservons un maximum nos filles des infos sordides et que finalement, ce sont leur institutrices qui leur en parlent. Je trouve ça un peu fort. Elles ne sont ni l’une ni l’autre en âge de comprendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s